2016 ferreira bandeau.jpg

Si je savais précisément de quoi il s’agit; je ferais autre chose, sans aucun doute.

 

Répondant à l’invitation à présenter son travail à l’hôtel Elysées Mermoz, Isabelle Ferreira nous fait la faveur de ses œuvres les plus récentes.

Appréciée pour un travail visant à la production de formes par la répétition esthétisante de gestes sans adresse; l’artiste vérifie ici l’hypothèse selon laquelle il n’y a pas de rapport entre la sophistication des moyens et l’intensité sensible qu’ils peuvent provoquer.

C’est donc une question de regard : une faculté ici sollicitée chez le spectateur avec pour effet la possibilité qu’il y retrouve quelque chose de sa faculté de juger.

La démission ensuite, le renoncement au talent, à la bravoure, et aux petits arrangements avec les formes : Isabelle Ferreira décide d’un dispositif, s’en remet aux conditions du milieu qu’elle constitue, et se plaît à le voir générer des formes exactement comme on trouverait quelque émerveillement à regarder tourner une roue de bicyclette arrangée à cette seule fin.

Sylvain Sorgato

2016 ferreira petales.jpg

Pétales, 2016

peinture acrylique sur fragments de papier libres

2016 ferreira installation.jpg

Pétales, 2016

installation en cours

peinture acrylique  sur fragments de papier libres