J’ai rencontré Peter alors que j’étais étudiant à la Villa Arson, à Nice, à l’occasion du programme d’expositions développé par Christian Bernard et Christian Besson sous le titre générique : Sous le Soleil.
Étudiant, les services que je pouvais rendre alors au montage (comme on dit) des expositions réalisaient pour moi une source de revenus précieuse, et constituaient l’occasion de rencontres fructueuses, au titre desquelles je cite ici celle faite avec Peter Downsbrough.

Peter m’avait d’abord été présenté comme un artiste de l’espace, ayant un usage parcimonieux du verbe et de la ligne pour composer des situations plastiques In Situ millimétriques renvoyant au Constructivisme.

Mais cet été-là Peter fait un truc spécial, un truc que je ne connaissais pas des autres artistes, un truc cool et que tu peux faire aussi : un livre.
Le même été, Peter composait le livre Take Note, dont je savoure encore aujourd’hui les enjeux qu’il me semblait porter à l’époque. Faire un livre; c’est-à-dire en décider, le dessiner, le composer, le définir, permet à l’artiste de définir les conditions d’un territoire sur lequel il ne cède rien à aucun intermédiaire dans sa relation avec le public. 
Le livre définit les conditions de son exposition (si je puis dire) comme la syntaxe de sa consultation. À partir de quoi il reste un certain nombre de possibilités pour le lecteur qui certainement renvoient à l’éthique de l’exposition (l’ouvrir ou non, le feuilleter mais dans quel sens, etc …) et qui se passent de bon cœur du dispositif de l’exposition comme d’aucune raison sociale en guise de tutelle.
Un livre c’est plus longtemps fermé qu’ouvert. Et sa petite épaisseur nous parle de l’ouvrage en entier, soudain perçu comme une catharsis. Comme un clin d’oeil vertical : un livre persiste par la tranche.

On entend assez clairement l’embarras des lieux de l’exposition des œuvres de l’art contemporain lorsqu’ils essaient de présenter des livres : ça se fait à bonne distance et sous une épaisseur raisonnable de verre. Et ces délicates attentions ne font qu’engendrer davantage de complexité : ouvert ou fermé? Quelle page privilégier? Comment arrêter fût-ce le temps d’une exposition, un objet qui réalise sa dynamique dans sa relation au public?
 

Liste des livres d'artiste mis à disposition du public à l'Hôtel Elysées Mermoz du 22 janvier au 6 avril 2016

NOTES ON LOCATION

1972 Zedele, Brest (reprint 2012)


NOTES ON LOCATION II

1972-1973 TVRT, New York


TWO LINES, SIX SECTIONS

1973 Galerie 9, Paris


TWO LINES, FIVE SECTIONS

1974  Jack Wendler Gall., London

    
TWO PIPES, FOURTEEN LOCATIONS

1974 Norman Fisher, New York


TWO LINES, FIVE SECTIONS

1975 Galleria Toselli, Milan


IN FRONT

1975 Jan Vercruysse, Gand


TWO LINES

1975 Palais des Beaux-Arts, Bruxelles


IN/OUT

1976 Ecart Publications, Genève


TWO LINES, TWO LINES

1975-1976 Western Market Art Press


BESIDE

1976 Michael Hobbs, Sydney


PETER DOWNSBROUGH

1977 Van Abbemuseum, Eindhoven


A PLACE - DÜSSELDORF

1977 Galerie Maier-Hahn, Düsseldorf


A PLACE - NEW YORK

1977 Hal Bromm Gallery, New York


AND

1977 Anatol A.V., Hambourg


AROUND

1978 Peter Downsbrough, New York


AS TO PLACE

1978 Peter Downsbrough, New York


A SET

1981        Frankfurter Kustverein, Francfort


IN PASSING

1981-1982 Éric Fabre, Paris


AND NOW

1983 Maison de la Culture, Nevers


ROLES/ARCHITECTONICS

1983 ICSAC, Bruxelles


AND THEN THEY WERE

1985 P. Sparta et P. Petit, Chagny


NOW/A,E,Y

1986 Incertain Sens / FRAC Bretagne


TAKE NOTE

1987-1988 CNAC Villa Arson, Nice


PROSPECTUS

1988 Imschoot, Gand


FOR RENT

1990 Guy Schraenen, Anvers


OPEN COLUMN

1991 Galerie Rupert Walser, Munich


UNITE / DE, LA

1992 ville de Rennes


WORDS

1988-1993 éditions Voix, R. Meier, Montigny
 

INSIDE

1994 Ctr. Sztuki Wspolczesnej, Varsovie
 

A CALAIS

1994 le Channel, Calais


REGROUP

1994 Alain Buyse, Lille


NEAR/PRES

1995 Alain Buyse, Lille


LE/LA

1995 École des Beaux-Arts, Quimper


WORDS VOL. 2

1993-1995 ERBA, Valence 


ADJUST

1996 City Works NYC, Casino Luxembourg


DENSITIES

1996 Imschoot, Gand


PRELUDE

1997 Imschoot, Gand

POSE

1996-1998 City Works NYC, Sans Titre, Lille


RESET

1996-1998 Mais. Levanneur, CNEAI, Chatou


FACTOR

1994-1998 Espace d’Art Contemp., Demigny
 

A TALE OF THE SPACE BETWEEN

1998 A. Et J.M. Ponty, Tropismes, CNEAI


HAUPTSTRASSE 37

1998  Gurund Thiessen-Schneider


WITHIN (TIME)

1987-1999    Imschoot, Gand


OR

2002 Épreuve d’artiste, Lille


EN PLACE

2002 l’Aquarium Agnostique, Valenciennes


AND HERE AS

2001-2002 Incertain Sens, Rennes


(AS)

2002-2003 Lebeer hossmann, Bruxelles


PRESET

2003 Wielemans Ceuppen Project, Bxl.


UNTITLED/9.03

2003 Es. d’Art Concret, Mouans-Artoux


VOLUME

2003  J.M. Place Photographie, Paris


MANY

2000-2004 FRAC Bourgogne, Dijon


FRAME[ D

2006 Radcliffe & Brothers, Knokke-Heist


TITLED

2006 SMAK, Gand


NOTES - CONVERSATIONS

2006 Facteur Humain, Bruxelles


INTERIEUR

2006 Galerie Intérieur, Lille


[TILL

2007 Éditions Jannik, Paris


WITH] IN - PLACE

2008 Material, Deal


REFER

2009 (un)limited store éditions, Marseille


REFER VOL. 2

2009 (un)limited store éditions, Marseille


THE] OTHER

2009 Barbara Krakow Gallery, Boston


TWO LINES, THREE SECTIONS

2009 La Verrière, fondation Hermès, Bxl.


TWO LINES TITLED 4.08

2009 Erna Hecey, Bruxelles


TWO LINES UNTITLED 4.08

2009 Erna Hecey, Bruxelles


AND]

2010 Kutr, Küsnacht


NOTE [D

2011-2008 Barbara Krakow Gallery, Boston


A PLACE - WIEN

2011 Secession, Vienne


AS SET

2011 Platform3, Munich


A PLACE - PARIS

2012 Galerie Martine Aboucaya, Paris


AFTER

2012 C. et Y. Zervos, Vézelay 

   
GROUP

2012 Coll. Part., Paris


SET [ IN

2012 Éditions Énigmatiques, Paris


LINK

2012-2013 Moritz Küng, Barcelone


TITLED_6.2015

2015 Galerie Martine Aboucaya, Paris


PLACE 11.01

2015 Éditions Peuplier, Paris

C’est là que l’exposition fait si souvent l’aveu du fétichisme, c’est là que l’exposition fait si souvent l’aveu de sa méfiance à l’endroit du public.
Le mieux serait donner à trouver les livres sur un banc (fût-il public) ou de les passer de la main à la main, dans un geste de bienvenue, comme l’expression d’une confiance : une chaude recommandation; le mieux serait encore d’organiser les conditions pour que le public puisse voler les livres, tous les livres, réalisant dans un geste criminel un lien passionnel avec un ouvrage exceptionnel. Un bon livre ne devrait jamais dépasser les dimensions d’une poche.

Un livre de Peter Downsbrough c’est une sculpture de poche.

Le livre d’artiste, cette section si particulière de la bibliothèque, est un objet qui définit de manière autonome les conditions de son apparition. Cette affirmation d’indépendance se trouve confirmée aujourd’hui par la multiplication auto-éditions : c’est-à-dire de livres imprimés, façonnés et reliés par les auteurs eux-mêmes.

Peter Downsbrough
AND, 2015
sérigraphie sur Canson C à Grain 224 grammes, 65 x 50 cm, 30 exemplaires

C’est clair : il y a la place.
L’espace d’un intervalle créé par l’occasion : l’occasion d’écrire en creux le lieu produit par décalage.
Par une césure inconnue du code typographique, Peter Downsbrough crée un espace supplémentaire pour le spectateur. 

Un dessin de Peter Downsbrough c’est aussi simple que cela.

Sylvain Sorgato

  • Google+ - Black Circle
  • Instagram - Black Circle
  • YouTube - Black Circle

© 2017 Sylvain Sorgato. Créé avec Wix.com